Le fétichisme – Février 2012

 

Sous la direction de :
| Denise Bouchet-Kervella
| Jacques Bouhsira
| Martine Janin-Oudinot


Auteurs :
• Anne Brun • Annette Frejaville • Bérangère de Senarclens • Bernard Chervet • Gérard Bonnet • James Glover • Myriam Boubli • Pierre Chauvel • René Roussillon • Sigmund Freud •



  • Consulter sur le site de la BSF
  • Consulter sur le site des PUF
  • Commander sur Amazon

Résumé

Dès 1905, et jusqu’en 1938, Freud a tenté de comprendre la nature des mécanismes psychiques inconscients qui sous-tendent les conduites sexuelles fétichistes, et en a construit des versions successives marquées par l’évolution de ses théorisations métapsychologiques. Après avoir mis en évidence les liens des perversions avec les avatars du développement sexuel de « l’enfant pervers polymorphe », puis proposé, en 1909, d’aborder la dynamique spécifique du fétichisme en termes de « dissociation » d’un complexe refoulé, il en arrive, en 1927 dans « Le fétichisme », à une théorie radicalement nouvelle centrée sur l’idée d’une modification de la topique du moi chez certains petits garçons confrontés, à la phase phallique, à la perception de l’altérité sexuée de leur mère : un déni de celle-ci aurait lieu, sous l’effet d’une angoisse de castration insurmontable, entraînant un clivage du moi et à la construction d’un fétiche afin de soutenir le déni. En 1938 (« Le clivage du moi dans les processus de défense »), Freud revient sur une singularité du clivage du moi fétichiste, lequel« oscille en va-et-vient entre déni et reconnaissance ».

Par la suite, beaucoup d’auteurs postfreudiens ont élargi et complexifié la causalité freudienne de la terreur de la castration en introduisant l’existence simultanée d’importantes angoisses de séparation, de fixations à certains plaisirs prégénitaux (en particulier anaux), ou d’angoisses archaïques concernant la mère toute-puissante, tout en restant centrés sur les conduites sexuelles fétichistes.

Cette monographie se propose de réinterroger la fonction des formations fétichiques dans l’économie psychique globale, au-delà des pratiques sexuelles et au-delà du masculin, selon une approche extensive et dans une conception non structurale reflétant les courants de pensée contemporains issus des problèmes posés par les cliniques actuelles.

Sommaire

Denise Bouchet-Kervella, Martine Janin-Oudinot - Le fétichisme. Pour introduire de nouvelles perspectives,

 

Sigmund Freud - De la genèse du fétichisme,

 

Bernard Chervet - Le fétichisme et les néo-identités,

 

Bérengère de Senarclens - Le scénario fantasmatique utilisé à la manière d’un fétiche,

 

Gérard Bonnet - Le fétiche et l’idéalisation ou le fétiche : un concentré d’amour perdu,

 

Myriam Boubli  - Le doudou dans tous ses états. Objets transitionnel, objet fétiche, deux processualités,

 

Pierre Chauvel - Fétichisme et interdits de penser,

 

René Roussillon - Le fétiche et l’archaïque,

 

Anne Brun - Solution fétichique et identité primitive,

 

James Glover - Notes sur une forme rare de perversion,

(traduit par Christine Miqueu-Baz)

 

Annette Frejaville - Une construction fétichique à valeur d’autoengendrement,

 

Martine Janin-Oudinot - Bibliographie générale,

Sorry, the comment form is closed at this time.

   

Société Psychanalytique de Paris
21 rue Daviel – 75013 Paris
E-mail : spp@spp.asso.fr
Tél. : 01 43 29 66 70

© 2013 Société Psychanalytique de Paris
Responsable de la publication : Vassilis Kapsambelis
Directeur de publication : Denys Ribas