L’élaboration psychique

 

Rédacteurs :
| Alain Ferrand | Michèle Bertrand |

Tome 64 n°4, octobre-novembre 2000
Date de parution : 2000-09-01
  • Consulter sur le site de la BSF
  • Consulter sur le site des PUF
  • Commander sur Amazon
Argument...
Sommaire

L'élaboration psychique, thème qu'André Green a choisi pour le Colloque René Diatkine 1999, apparaît comme l'un des concepts les plus importants de la psychanalyse. Il n'a cependant pas de définition précise, et a été entendu dans les acceptions les plus diverses.

Cette notion est sans aucun doute au cœur de l'expérience et du processus analytiques ; elle constitue la clé de leur succès. Mais que signifie-t-elle ?

L'idée même d'élaboration est le reflet de celle de « travail psychique » comme il est un « travail du rêve ». Les mécanismes de l'élaboration du rêve sont aussi ceux de l'élaboration psychique. Le terme employé par Freud est un mot tout à fait quotidien en allemand - Durcharbeiten - qui véhicule l'idée de travail approfondi. Sa traduction française par « perlaboration » a l'inconvénient du néologisme savant.

Il est assez facile de dire ce qu'elle n'est pas : l'actuel (l'excitation sexuelle somatique de la névrose actuelle telle que Freud la définit en 1895) ou le présent du traumatique, lorsque l'excitation a causé l'effraction du pare-excitation. On peut donc opposer l'élaboration psychique, comme travail de liaison – la Bindung -, dérivation ou canalisation de l'énergie libre, à la pure décharge, ou encore à la croissance exponentielle d'une excitation qui ne trouve pas d'issue. Cette activité de liaison psychique va mettre en œuvre les processus secondaires, l'activité de représentation et de pensée comme mode privilégié, ainsi que Freud l'explicite dans les « Formulations » en 1911. Une première utilisation du concept d'élaboration dans l'œuvre de Freud se réfère donc au cadre de la théorie de l'énergie libidinale et à son aspect quantitatif, la symbolisation s'exprimant ici en termes quantitatifs de petites quantités d'énergie liée, en opposition avec l'idée d'une décharge aussi brutale qu'éphémère.

On trouve aussi, chez Freud, et particulièrement dans les textes plus tardifs, une autre façon de considérer l'élaboration. Elle apparaît en regard de la compulsion de répétition, laquelle sous-tend la résistance qui s'oppose à la levée du refoulement. On la retrouve également aux prises avec les formes de répétitions compulsives qui accompagnent les traumatismes psychiques et, au-delà, au cœur de la pulsion de mort dans sa version nirvanienne, c'est-à-dire la tendance à revenir au degré zéro de l'excitation.

Dans cette seconde perspective, qui n'est pas contradictoire avec la précédente, l'élaboration psychique désigne essentiellement, dans un registre dynamique cette fois, les modalités par lesquelles s'accomplissent des remaniements importants : levée du refoulement, victoire contre les résistances, mise hors jeu de la compulsion à répéter. D'autres modalités défensives sont aussi soumises au travail élaboratif de dépassement : le clivage post-traumatique, l'encryptement, la fragmentation de la personnalité suivant le modèle de Ferenczi.

Ces diverses façons de faire jouer le travail psychique vont de pair avec le changement de perspective de Freud qui fait passer les buts de l'analyse du « devenir conscient » au développement même des processus psychiques dont le « devenir conscient » n'est plus que le résultat. L'élaboration apparaît alors comme le moyen de l' « assèchement du Zuyderzee ».

Si on porte davantage l'attention du côté du mot lui-même et de son aura associative, on ne peut manquer de remarquer un certain nombre d'enjeux qui croisent, en divers points, ce qui s'engage au sein de la « chimère » (M. de M'Uzan) analytique. Le terme « élaboration » a la

Argument

Marilia AISENSTEIN – Élaboration, perlaboration, cicatrisation
Christine BOUCHARD – Processus analytique et insaisissable perlaboration
Marie-Thérèse MONTAGNIER – Aux limites de l’analysable, la perlaboration
Jean-Luc DONNET – Le silence de la perlaboration
Jean-Michel QUINODOZ – Rêves d’intégration à contenu paradoxal régressif «Les rêves qui tournent une page »
Michèle PERRON-BORELLI – Entre carences narcissiques et organisation oedipienne
Christian SEULIN – Une dialectique topique dans la cure des cas limites
Lewis KIRSHNER – Perlaboration et enactment dans les cas difficiles
Steven WAINRIB – L’élaboration et les mécanismes anti-élaboratifs
Bernard CHERVET – Perlaboration, résistance du ça et impératif processuel
Dominique REYDELLET – Où sont les hommes ?

INÉDITS
Didier ANZIEU – Vues nouvelles sur l’auto-analyse de Freud
Wilfred R. BION -Autour de l’entretien préliminaire (présenté par Elsa Schmid-Kitsikis)

PERSPECTIVES

Point de vue théorique
Francesco NAPOLITANO – Les composantes de la poussée pulsionnelle et leurs rapports quantitatifs

Point de vue clinique
Juan-Eduardo TESONE – Le parcours de I’affect à travers les langues
Rosine JOSEF-PERELBERG – Espaces pleins et espaces vides dans le process analytique

Traduire Freud
Janine ALTOUNIAN – Freud, une langue de rêve ?
Les textes de Marilia Aisenstein, Christine Bouchard et Marie-Thérèse Montagnier ont été présentés en octobre 1999 lors du Colloque René Diatkine organisé par André Green.

Critiques de livres
Raymond CAHN – Psychopathologie de l’anorexie mentale de Bernard Brusset
Gilbert DIATKINE – The New Informants. Betrayal of Confidentiality in Psychoanalaysis and Psycholherapy de C Bollas et D. Sundelson
Gérard PIRLOT – Dialogue entre une psychanalyse et un neurologue de Bernard et Bianca Lechevalier
Steven WAINRIB – L’adolescent dans la psychanalyse de Raymond Cahn

Revue des revues
Marie-Claire DURIEUX – Libres cahiers pour la psychanalyse
Christiane GUITARD-MUNNICH – Adolescence
Sesto-Marcello PASSONE – Journal de la psychanalyse de l’enfant

Sorry, the comment form is closed at this time.

   

Société Psychanalytique de Paris
21 rue Daviel – 75013 Paris
E-mail : spp@spp.asso.fr
Tél. : 01 43 29 66 70

© 2013 Société Psychanalytique de Paris
Responsable de la publication : Vassilis Kapsambelis
Directeur de publication : Denys Ribas