L’après-coup

 

Rédacteurs :
| Jacques Angelergues | Marina Papageorgiou |

Tome 70 n°3, juillet 2006
Date de parution : 2006-07-01
  • Consulter sur le site de la BSF
  • Consulter sur le site des PUF
  • Commander sur Amazon
Argument...
Sommaire

Ce numéro est issu du colloque René Diatkine de la SPP, qui s’est tenu à Deauville en octobre 2005 sous la responsabilité scientifique de Jean-Luc Donnet, assisté de Françoise Coblence.

I- Depuis son premier repérage par J. Lacan dans le texte de L’homme aux loups, son déploiement initial par J. Laplanche et JB. Pontalis, puis l’extension et l’approfondissement qu’elle a connus grâce à de multiples et parfois remarquables travaux - notamment dans notre groupe - la notion d’après-coup est devenue une sorte de Schibboleth conceptuel de/pour la psychanalyse française. Elle paraît résumer, à travers la diversité des manifestations qui la font invoquer, la dimension temporelle, la forme de causalité les plus spécifiquement métapsychologiques.

Nul doute qu’une telle condensation soit propice aux malentendus : c’est pourquoi, il vaut la peine d’offrir à l’après-coup un après-coup à Deauville.

II- L’après-coup se saisit aisément à travers la théorie freudienne de la séduction et les deux temps du traumatisme. Il fait alors couple avec la mise en latence, et sous-tend la dynamique du refoulement. À partir de ce modèle première topique, l’après-coup habite toute la réflexion théorico-pratique sur le statut de la trace mnésique et les enjeux de ses remaniements. Le lien est dialectique entre remaniement pathogène et remaniement thérapeutique ; le postulat d’un après-coup symbolisant est un axe de l’association libre.

III- Sans doute est-ce à partir des remaniements métapsychologiques de 1920 - eux aussi après-coups des traumatismes de la clinique - qu’on peut réinterroger la problématique de l’après-coup en deuxième topique ; à la limite, la compulsion de pure répétition signerait la négativation de tout remaniement transformateur. Une manière de poser l’enjeu pratique face aux patients limites est de se demander comment faire émerger une capacité à l’après-coup.

Françoise Coblence et Jean-Luc Donnet, Argument,
Rosine Jozef-Perelberg, Les Controverses et l’après-coup,
Bernard Chervet, L’après-coup, prolégomènes,
Albert Louppe, L’après-coup, entre désorganisation et symbolisation,
Jean-Luc Donnet, L’après-coup au carré,
Laurent Danon-Boileau, L’après-coup : devenir miraculeux du trauma ou coup d’épée dans l’eau ?
Ilse Barande, De l’après-coup et de la traumatophilie,
Monique Cournut-Janin, La Marquise d’O… revisitée,
Delphine Schilton, L’après-coup un fantasme à l’origine de la méthode ?,
Annaïk Fève, L’après-coup de la mémoire,

Hors Thème

Bernard Penot, La dite « pulsion de mort », une force indispensable à la vie subjective,
Elisabeth Bizouard, Langue étrangère comme facteur anti-régrédient,
Jonathan Mueller, Au cœur des odeurs,

Critiques de livres

Michel Sanchez-Cardenas et Riccardo Lombardi – From the eclipse of the body to the dawn of thought d’Armando B. Ferrari,
Sabina Lambertucci-Mann – Les Balafés du divan de Jean-José Baranes,
Joyceline Siksou – Cures d’enfance de Laurence Kahn,
Alain Ksensée – L’univers contestationnaire de Béla Grunberger et Janine Chasseguet-Smirgel,
Monica Horovitz – Letture bioniane, a cura di Claudio Neri, Antonello Correale, Paola Fadda,
Christine Anzieu-Premmereur – Jouer avec Winnicott d’André Green,
Marthe Coppel-Batsch – Voyage au centre de la Terre-Mère. Jules Verne chez le psychanalyste de Michel Sanchez-Cardenas,

Revue des revues

Marie-Claire Durieux –The psychoanalytic study of the child,
Clarisse Baruch – Revue Belge de Psychanalyse,
Hede Menke-Adler – Psychoanalytische Blatter,

Sorry, the comment form is closed at this time.

   

Société Psychanalytique de Paris
21 rue Daviel – 75013 Paris
E-mail : spp@spp.asso.fr
Tél. : 01 43 29 66 70

© 2013 Société Psychanalytique de Paris
Responsable de la publication : Vassilis Kapsambelis
Directeur de publication : Denys Ribas