Le spectre de la dépression

 

Rédacteurs :
| Andrée Bauduin | Paul Denis |

Tome 68 n°4, octobre 2004
Date de parution : 2004-10-01
  • Consulter sur le site de la BSF
  • Consulter sur le site des PUF
  • Commander sur Amazon
Argument...
Sommaire

« La remédicalisation, actuellement, de la dépression (assortie d’un excès d’usage des antidépresseurs prescrits trop systématiquement )… est le point d’aboutissement d’une lente abrasion du tragique de l’expérience humaine. » Pierre Fedida

Le terme de dépression n’est pas seulement aujourd’hui galvaudé par le public — pour qui toute personne souffrant de troubles psychiques « fait une dépression » — mais par la psychiatrie qui a abandonné toute psychopathologie pour des inventaires de symptômes et un pragmatisme pharmacologique qui fait désigner par dépression tout état susceptible d’être amélioré par un « antidépresseur ». Les psychanalystes semblent, quant à eux, placer la dépression dans une position incertaine, entre la mélancolie d’une part, des états que beaucoup ont cherché à individualiser — dépression névrotique, dépression à vif, dépression blanche, dépression sans objet, dépression narcissique, névrose d’abandon, dépression essentielle… — et des aspects du fonctionnement mental auxquels est reconnu une sorte de « qualité dépressive » ou, de façon mieux définie, de « dépressivité » comme l’a proposé Jean Bergeret.

Le colloque René Diatkine[1], organisé par André Green, nous invite à réexplorer, du point de vue de la psychanalyse, le « champ dépressif ».

Il serait tentant, sur le plan nosographique, d’envisager un spectre dépressif allant de la dépression mélancolique aux états dépressifs mineurs, sorte de continuum de la souffrance dépressive, mais la question de la pertinence d’une telle hypothèse se pose et s’oppose à une autre qui serait de considérer des mécanismes psychodynamiques communs aux différentes formes de dépression et de les observer ou de les retrouver dans différents contextes psychotiques, névrotiques ou autres[2].

Une première question se trouve soulevée : celle des affects dépressifs. Faut-il considérer un affect dépressif qui serait spécifique comme l’ont proposé des auteurs comme Joffe et Sandler ou Charles Brenner ? Ou faut-il considérer l’état affectif des états dépressifs comme un destin de l’angoisse sur le modèle de la douleur psychique[3] ?

A la suite de cette première interrogation nous pouvons nous demander si nous en sommes venus à considérer aujourd’hui, avec les psychiatres, la dépression comme une sorte de réaction vitale, quasi biologique, liée par exemple à la rupture d’un lien d’attachement, ou au contraire comme le résultat d’un travail psychique particulier, travail de la dépression, travail de la mélancolie[4], travail du négatif…

Dans cette hypothèse que reste-t-il des modèles psychanalytiques classiques ou moins classiques de la dépression ? Deuil et mélancolie reste un texte fondateur de la pensée psychanalytique où Freud introduit la notion de perte de l’objet. Il est tentant d’étendre ce modèle aux différentes formes de dépression. Est-ce toujours possible ou pertinent ? Faut-il faire une place et laquelle à la pulsion de mort dans nos théories de la dépression ou pouvons nous en faire l’économie ? Les propositions d’Abraham, de Rado, de Sterba semblent bien oubliées mais aussi celles de Nacht et Racamier et de bien d’autres. Quelle relecture pouvons nous faire de Melanie Klein et que penser des développements post kleiniens sur la dépression et la réparation, des vues de Winnicott sur l’humeur dépressive ?

Avons nous quelque chose à dire sur l’organisation psychique des sujets capables de présenter des états dépressifs profonds à répétition, sur le fonctionnement intercritique des sujets réputés maniaco-dépressifs par la psychiatrie, et la cure psychanalytique est-elle de nature à pallier cette disposition particulière ?

Les rapports entre dépression et certaines modalités habituelles du fonctionnement psychique peuvent à bon droit être interrogés : les liens entre perversion et dépression, entre dépression « psychisée » et somatisations, les rapports entre les organisations de comportement et la dépression, les rapports de celle-ci avec les « états limites », peuvent en effet être envisagés et au moins dans deux directions : celle de la valeur défensive des conduites habituelles contre la dépression, contre la dépressivité ou celle d’une défense dépressive contre une désorganisation plus profonde. En effet, sous l’ancienne formulation de « dépression masquée » on la suppose sous-jacente à de multiples autres tableaux tels que l’hyperactivité, le faux-self, les toxicomanies etc …

Tout un registre de recherche se trouve ouvert par la question des dépressions précoces ou précocissimes et de leur influence sur le développement ultérieur de l’enfant. Disposons nous d’études longitudinales nous permettant de confronter nos hypothèses fondées sur la reconstruction du passé de grands enfants ou de patients adultes et de les faire évoluer ?

La dépression chez l’enfant mériterait d’être reconsidérée maintenant que la prescriptions de médications diverses chez l’enfant s’étend de façon exponentielle alors que jusqu’à présent une grande économie psychopharmacologique était de mise.

Au cours même du travail du psychanalyste la confrontation à la dépression se situe dans deux registres. Celui de l’indication d’analyse devant des patients déprimés, avec en arrière plan les questions de cadre et de variations de la technique qui peuvent se poser en pareils cas, et de l’autre celui des dépressions apparaissant en cours de cure ; se pose alors le problème de ce qui constitue une dépression de transfert[5] ou de ce qui constitue une dépression iatrogène.

Par ailleurs, lorsque le psychanalyste se trouve devant une telle occurrence, il est semble-t-il de plus en plus fréquent qu’il adresse en même temps le patient à une psychiatre pour qu’il prescrive des médicaments. Que penser de cette thérapie à deux pôles ? Elle installe deux objets de relation sinon de transfert et constitue un exercice difficile et même périlleux ne serait-ce qu’à cause de la rivalité qu’elle risque d’induire entre les deux thérapeutes et qui comporte le risque de se solder aux frais du patient. Les analystes ont-ils peur de la dépression et des formes de transfert qui l’accompagnent ou redoutent-t-ils d’être inefficaces ?

Mais ce malaise du psychanalyste en face de la dépression est sans doute lié aussi au fait qu’aucun autre état psychique ne comporte autant le risque de suicide. La question du contre transfert dans les cures de patients dépressifs, sous tendue entre autres par ce risque, se pose de façon particulièrement aigüe.

Bertram Lewin – Réflexions sur la dépression,

I – Dépression et mélancolie

Michèle Bertrand – Dépression et dépendance à l’objet,
Béatrice Ithier – Heurts et malheurs du modèle mélancolique,
Jacqueline Amati–Mehler – Mélancolie : folie, génie ou tristesse ?,
Geneviève Haag – Le moi corporel entre dépression primaire et dépression mélancolique,

II – Clinique du champ dépressif

Christian Delourmel – Du supersonique à la diligence,
Murielle Gagnebin – Une clinique du hiatus,
Christine Jean Strochlic – Un quantum de régression,
Rotraut De Clerck – Relations d’objet primaire ou narcissisme primaire ?,
Martine Vautherin-Estrade – La fonction antidépressive d’un détail élégant,

III – Dépression et psychosomatique

Claude Smadja – La dépression inachevée,
Jean-Michel Porte – Haine, dépression et somatisation,
Isabel Usobiaga – Un cas de somatisation en fin d’analyse,
Alain Ksensée –Dépression essentielle et narcissisme,

IV – Regard sur le champ dépressif

Sára Botella – Autour du champ dépressif,

V – Mémoire de la déportation

Alfred Gottwaldt – Les sœurs de Sigmund Freud et la mort,

Critiques de livres

Nicolas Gougoulis – Correspondance Freud/Jones,
Danielle Kaswin–Bonnefont – La Vie opératoire de Claude Smadja,
Annie Roux – Morts imaginaires de Michel Schneider,
Ellen A. Sparer – Sex, Death and the Superego de Ronald Britton,

Revue des revues

Hede Menke–Adler – Freiburger Literaturpsychologische Gespräche,
Marie–Claire Durieux – Libres cahiers pour la Psychanalyse,
Denise Bouchet–Kervella – Psychanalyse et Psychose

Sorry, the comment form is closed at this time.

   

Société Psychanalytique de Paris
21 rue Daviel – 75013 Paris
E-mail : spp@spp.asso.fr
Tél. : 01 43 29 66 70

© 2013 Société Psychanalytique de Paris
Responsable de la publication : Vassilis Kapsambelis
Directeur de publication : Denys Ribas