Neurosciences et psychanalyse

 

Rédacteurs :
| Albert Louppe | Michèle Bertrand |

Tome 71 n°2, avril 2007
Date de parution : 2007-04-01
  • Consulter sur le site de la BSF
  • Consulter sur le site des PUF
  • Commander sur Amazon
Argument...
Sommaire

L’inventeur de la psychanalyse était à l’origine un neurologue. Certes la psychanalyse a ouvert des voies entièrement différentes de celles de la neurophysiologie, mais il ne faut pas oublier que dès 1895, avec L’Esquisse d’une psychologie scientifique, Freud tentait une articulation originale entre psychanalyse et neurologie. Son intérêt pour le "biologique"  ne s'est d'ailleurs pas affaibli au cours de sa vie de recherches, comme en témoignent les conceptualisations de la sexualité, des zones érogènes de la libido, et surtout de la pulsion, qui font appel à la notion de stimulations externes comme à celle d'excitation interne. Il écrit ainsi en 1909: "Il existe des interactions évidentes entre le somatique et le psychique, mais faute de pouvoir actuellement en décrire la nature en termes bio-chimiques et physiologiques, la théorie des névroses doit demeurer psychologique".

L'état de la neurologie à l'époque de Freud ne permettait pas d'apprécier la correspondance entre les processus psychiques et ce qui se passait au niveau du fonctionnement cérébral, mais restait pour lui à l'horizon d'une recherche à venir. Qu'en est-il aujourd'hui de ces correspondances ? Nul doute que les avancées des neurosciences n'ouvrent de nouvelles perspectives et ne posent de nouvelles questions. Mais il est difficile d'évaluer de façon pertinente l'impact de ces avancées sur les conceptualisations psychanalytiques, ou à l'inverse, l'apport des conceptualisations psychanalytiques aux recherches neurobiologiques. Est-il même heuristique de chercher à déterminer les influences mutuelles entre ces champs et à en cerner les limites ?

Dans le champ de la neurophysiologie, les recherches sur le sommeil et le rêve, sur l’attention et la conscience, sur la vie émotionnelle et les affects, suscitent régulièrement des échanges féconds, parfois des confrontations vives, voire des controverses entre psychanalyse et neurosciences. Dans le vaste champ de la psychiatrie, que peuvent dire les psychanalystes sur le développement des études sur les symptômes dépressifs ou anxieux, des travaux sur les psychoses de l'enfant et de l'adulte et des recherches en psychopharmacologie par les neurosciences ? Du côté de la neurologie, l’ouverture de nouvelles perspectives cliniques du côté des maladies du vieillissement, des maladies dégénératives et de l’accidentologie, où coexistent troubles neurologiques et troubles psychiques justifient une double approche neurologique et psychanalytique. Comment la psychanalyse peut-elle enrichir la réflexion sur les effets et les conséquences des altérations du fonctionnement cérébral sur le fonctionnement psychique ?

Il y a une quinzaine d’années, prévalait un scientisme opposé à la conception psychanalytique, qui voulait expliquer tout le psychisme à partir de la chimie du cerveau et des neurotransmetteurs. Si l’idéal de l’Homme - Machine resurgit de temps à autre depuis le XVIIIe siècle, il ressortait d’un fantasme « scientifique » plus que d’une science proprement dite. L’heure n’est plus à de telles simplifications, aussi préjudiciables aux neurosciences qu’à la psychanalyse. Il y a un consensus, au moins parmi les personnes éclairées, pour reconnaître que l’être humain est un objet complexe, constitué au moins autant par son milieu culturel et langagier, par son environnement social et familial, que par ses neurones. La psychanalyse peut-elle aborder sans risque cette complexité ?

Cela suscite de nouvelles questions épistémologiques, comme en témoigne le colloque organisé en 1994 par André Green sur Psychanalyse, neurosciences, sciences cognitives. Parmi ces questions, la moindre n'est pas de savoir si une discipline nouvelle (neuro -psychanalyse) peut prendre à son compte le double éclairage, ou si une coopération entre plusieurs disciplines serait susceptible d'apporter les moyens les plus appropriés de recherche et de thérapeutique.

C’est pour contribuer à cette réflexion que la Revue française de psychanalyse ouvre ses pages, dans ce numéro à des neurobiologistes et à des psychanalystes.

I- Échanges

Juan Manzano, La part des neurosciences dans les constructions psychanalytiques L’exemple du développement précoce,
René Roussillon, La représentance et l’actualisation pulsionnelle,
Pierre Buser, Neurosciences et psychanalyse,
Mauro Mancia, Mémoire implicite et inconscient précoce non refoulé : leur rôle dans leur transfert et le rêve,
Augustin Jeanneau, Entre psychopharmacologie et métapsychologie. Un espace inexploré,
Jacques Hochmann, À la recherche d’un dialogue entre neurosciences et psychanalyse : l’exemple de l’autisme infantile,
Lisa Ouss-Ryngaert, Impact des neurosciences sur la pratique psychanalytique: La double lecture comme clinique «neuro-psychanalytique»,
Bernard et Bianca Lechevalier, Aborder la question de la conscience,
Antonio Imbasciati, Neurosciences et psychanalyse: pour une nouvelle métapsychologie,

II- Questionnements

Gérard Pirlot, La pensée neurophysiologique de S. Freud peut-elle aider au dialogue entre psychanalyse et neurosciences ?,
Nicolas Georgieff, Psychanalyse et neurosciences du lien : nouvelles conditions pour une rencontre entre psychanalyse et neurosciences,
Maryse Siksou, La neuropsychologie et la psychanalyse,
Pascal-Henri Keller, Discours neuroscientifique, discours psychanalytique,
Marianne Robert, La neuro-psychanalyse dans le texte. Le congrès 2006 sur « Amour et désir dans l’attachement » de la Société internationale de neuro-psychanalyse,

Hors Thème :

Cordelia Schmidt-Hellerau, Survivre dans l’absence. Pulsion de conservation et pulsion de mort : de leur rapport et de leur valeur clinique eu égard au trauma et à la psychopathologie grave,

Critiques de livres

Roberto Basile – Essere neonati de Dina Vallino et Marco Macciò,
Marc Babonneau – Pour Sigmund Freud de Catherine Clément,
Louis Brunet et Dianne Casoni – La gloire et la faute. Essai psychanalytique sur le conflit qui oppose narcissisme et culpabilité de André Lussier,

Revue des revues

Danielle Kaswin-Bonnefond – Psychanalyse et psychose, n°16, 2006, Penser, imaginer, délirer,
Delphine Schilton – Penser / rêver, n° 9, 2006, La double vie des mères

Sorry, the comment form is closed at this time.

   

Société Psychanalytique de Paris
21 rue Daviel – 75013 Paris
E-mail : spp@spp.asso.fr
Tél. : 01 43 29 66 70

© 2013 Société Psychanalytique de Paris
Responsable de la publication : Vassilis Kapsambelis
Directeur de publication : Denys Ribas