Société Psychanalytique de Paris

image_pdfimage_print

Le principe de plaisir

Le principe de plaisir, sous la direction de Jacques Angelergues et Françoise Cointot

Partant d’une définition purement économique de la diminution des tensions, le principe de plaisir se heurte à la contradiction fondamentale de la compulsion de répétition. De plus, l’excitation pour elle-même peut être source de plaisir, rappellent Jacques Angelergues et Françoise Cointot qui voient dans le principe de plaisir un principe régulateur basal, protecteur de la … Lire la suite

Le principe de plaisir – octobre 2016

Le principe de plaisir - PUF

Le principe de plaisir – octobre 2016 Sous la direction de Françoise Cointot, Jacques Angelergues Auteurs Anne Brun, Christine Anzieu-Premmereur, Claude Smadja, Denys Ribas, Dominique Bourdin, Françoise Cointot, Jacques Angelergues, Jean Laplanche, Laurent-Danon Boileau Résumé Partant d’une définition purement économique de la diminution des tensions, le principe de plaisir se heurte à la contradiction fondamentale … Lire la suite

Destins de la libido – Juin 2016

Destins de la libido - PUF

Oral, anal, phallique, génital… : ces qualificatifs souvent employés sont initialement liés à la théorie freudienne du développement libidinal, mais cette dernière semble « passée de mode »… La libido, cette énergie psychique de la pulsion sexuelle, et ses destins n’intéresseraient-ils plus les psychanalystes ? Les destins de la libido restent pourtant au cœur de la clinique d’aujourd’hui et l’oralité, l’analité, entre autres organisations libidinales, désignent des champs que parcourt toute la complexité des conflits pulsionnels, quelles que soient les pathologies.
S’attacher à la question des organisations libidinales, c’est tenir pour pivot de la psychanalyse le concept de « psychosexualité ». La théorie du développement libidinal a le mérite d’ancrer le psychisme dans le corps, le corps pulsionnel, le corps érogène. Freud pouvait écrire : « La reconnaissance des pulsions partielles sexuelles, des zones érogènes et de l’extension ainsi conquise du concept de “fonction sexuelle” par opposition à celui plus restreint de “fonction génitale”, est une question de vie ou de mort pour la psychanalyse. »