© Société Psychanalytique de Paris

Le principe de plaisir

Auteur(s) :
Mots clés : principe de plaisir

Partant d’une définition purement économique de la diminution des tensions, le principe de plaisir se heurte à la contradiction fondamentale de la compulsion de répétition. De plus, l’excitation pour elle-même peut être source de plaisir, rappellent Jacques Angelergues et Françoise Cointot qui voient dans le principe de plaisir un principe régulateur basal, protecteur de la psyché en ce qu’il limite la tendance de la pulsion à la satisfaction.

S’il conserve l’idée d’un principe régulateur, Jean Laplanche conteste l’idée d’un narcissisme primaire en monade fermée sur elle-même : le bébé a d’emblée un accès perceptif à la réalité qui l’environne.

Certes, le principe de plaisir est la source de toute vie psychique et dans une logique de régulation des enjeux pulsionnels il constitue une sorte de boussole. Dominique Bourdin rappelle que la première complication du modèle vient du deuil où, temporairement, la douleur de la perte est préférée à l’investissement de nouveaux objets. Le masochisme primaire, venant forcer la transition du Nirvana (diminution quantitative), au principe de plaisir (dimension qualitative, qui autorise l’ajournement) est le facteur limitant qui entrave la pleine réalisation du désir. Aussi, avec la prise en compte dans la seconde topique de la compulsion de répétition, la tâche de maitriser l’excitation devient fondamentale par rapport à la seule dimension de baisse des tensions psychiques. Le but de la pulsion d’un retour à un état antérieur peut concerner autant le retour d’une liaison (Eros) que d’une déliaison (pulsion de mort).

Ceci nous introduit à la question de l’objet comme indispensable intricateur et à la qualité de la rencontre et des échanges entre l’enfant et ses objets primaires. Pour Claude Smadja, la capacité à la représentation a fondamentalement une base masochique issue de la rencontre avec l’objet qui permet la métabolisation de l’excitation dans la pensée plutôt que dans l’agir ou dans la voie somatique. Face à la masse des excitations non liées dans le ça, la désobjectalisation et le désinvestissement menacent à la fois les capacités de représentation, autant que l’unité psychosomatique.

C’est aussi que face à la douleur et à la détresse, dans l’attente de la satisfaction, il faut, pour sauvegarder la psyché, avoir une sécurité par rapport à la fiabilité de l’objet et à sa capacité apaiser la tension. Pour Denys Ribas, garder espoir dans l’objet ne va pas de soi et l’attente, son apprivoisement par la pensée, n’est supportable qu’à cette condition. Acquérir l’objet interne…

Martin Joubert.


Le principe de plaisir – octobre 2016

Auteur(s) :
Mots clés :

Le principe de plaisir – octobre 2016



Le principe de plaisir - PUF

Sous la direction de
Françoise Cointot, Jacques Angelergues
Auteurs
Anne Brun, Christine Anzieu-Premmereur, Claude Smadja, Denys Ribas, Dominique Bourdin, Françoise Cointot, Jacques Angelergues, Jean Laplanche, Laurent-Danon Boileau
Résumé

Partant d’une définition purement économique de la diminution des tensions, le principe de plaisir se heurte à la contradiction fondamentale de la compulsion de répétition. De plus, l’excitation pour elle-même peut être source de plaisir, rappellent Jacques Angelergues et Françoise Cointot qui voient dans le principe de plaisir un principe régulateur basal, protecteur de la psyché en ce qu’il limite la tendance de la pulsion à la satisfaction.

S’il conserve l’idée d’un principe régulateur, Jean Laplanche conteste l’idée d’un narcissisme primaire en monade fermée sur elle-même : le bébé a d’emblée un accès perceptif à la réalité qui l’environne.

Certes, le principe de plaisir est la source de toute vie psychique et dans une logique de régulation des enjeux pulsionnels il constitue une sorte de boussole. Dominique Bourdin rappelle que la première complication du modèle vient du deuil où, temporairement, la douleur de la perte est préférée à l’investissement de nouveaux objets. Le masochisme primaire, venant forcer la transition du Nirvana (diminution quantitative), au principe de plaisir (dimension qualitative, qui autorise l’ajournement) est le facteur limitant qui entrave la pleine réalisation du désir. Aussi, avec la prise en compte dans la seconde topique de la compulsion de répétition, la tâche de maitriser l’excitation devient fondamentale par rapport à la seule dimension de baisse des tensions psychiques. Le but de la pulsion d’un retour à un état antérieur peut concerner autant le retour d’une liaison (Eros) que d’une déliaison (pulsion de mort).

Ceci nous introduit à la question de l’objet comme indispensable intricateur et à la qualité de la rencontre et des échanges entre l’enfant et ses objets primaires. Pour Claude Smadja, la capacité à la représentation a fondamentalement une base masochique issue de la rencontre avec l’objet qui permet la métabolisation de l’excitation dans la pensée plutôt que dans l’agir ou dans la voie somatique. Face à la masse des excitations non liées dans le ça, la désobjectalisation et le désinvestissement menacent à la fois les capacités de représentation, autant que l’unité psychosomatique.

C’est aussi que face à la douleur et à la détresse, dans l’attente de la satisfaction, il faut, pour sauvegarder la psyché, avoir une sécurité par rapport à la fiabilité de l’objet et à sa capacité apaiser la tension. Pour Denys Ribas, garder espoir dans l’objet ne va pas de soi et l’attente, son apprivoisement par la pensée, n’est supportable qu’à cette condition. Acquérir l’objet interne…

Martin Joubert.

Caractéristiques

Le principe de plaisir

ANGELERGUES Jacques, COINTOT Françoise et coll., 

 Monographies de la revue française de psychanalyse, P.U.F., Paris 2016, ISBN : 978 2 13 06291804


Destins de la libido – Juin 2016

Auteur(s) :
Mots clés :

Destins de la libido – Juin 2016



Destins de la libido - PUF

Sous la direction de
Hélène Parat, Jacques Angelergues, Michèle Emmanuelli
Auteurs
Bernard Brusset, Christian Delourmel, Colette Combe, Dominique Bourdin, Hélène Parat, Jacques Angelergues, Michel Ody, Michèle Emmanuelli, Otto FENICHEL, Thierry Bokanowski
Résumé

Oral, anal, phallique, génital… : ces qualificatifs souvent employés sont initialement liés à la théorie freudienne du développement libidinal, mais cette dernière semble « passée de mode »… La libido, cette énergie psychique de la pulsion sexuelle, et ses destins n’intéresseraient-ils plus les psychanalystes ? Les destins de la libido restent pourtant au cœur de la clinique d’aujourd’hui et l’oralité, l’analité, entre autres organisations libidinales, désignent des champs que parcourt toute la complexité des conflits pulsionnels, quelles que soient les pathologies.
S’attacher à la question des organisations libidinales, c’est tenir pour pivot de la psychanalyse le concept de « psychosexualité ». La théorie du développement libidinal a le mérite d’ancrer le psychisme dans le corps, le corps pulsionnel, le corps érogène. Freud pouvait écrire : « La reconnaissance des pulsions partielles sexuelles, des zones érogènes et de l’extension ainsi conquise du concept de “fonction sexuelle” par opposition à celui plus restreint de “fonction génitale”, est une question de vie ou de mort pour la psychanalyse. »

Sommaire

Jacques Angelergues, Michèle Emmanuelli, Hélène Parat
« Les destins de la libido : oralité, analité, phallicité, génitalité »

Dominique Bourdin
« Transformations et organisations »

Michel Ody
« Quelques réflexions sur les destins de la libido et l’enfant »

Colette Combe
« Libido, oralité et transformations »

Christian Delourmel
« Rapports entre analité, sadisme et destructivité »

Thierry Bokanowski
« Le phallique et le génital »

Otto Fenichel
« La préhistoire prégénitale du complexe d’Œdipe »

Sylvie Pons-Nicolas
« De la chrysalide au papillon. D’après l’œuvre de Béla Grunberger »

Bernard Brusset
« De l’excitation à l’amour : la pulsion dont l’objet »

Hélène Parat
Bibliographie générale

Caractéristiques

Lien BSF
Prix : 29€
Importance : 185 pages
ISBN : 978-2-13-062923-8
Acheter sur le site des PUF


Devoir de mémoire : entre passion et oubli

Auteur(s) :
Mots clés :


La répression

Auteur(s) :
Mots clés :


La perversion narcissique

Auteur(s) :
Mots clés :


Honte et culpabilité (congrès Lyon)

Auteur(s) :
Mots clés :


L’Excitation

Auteur(s) :
Mots clés :


La sublimation (congrès Paris)

Auteur(s) :
Mots clés :

page 1 | 1

https://www.spp.asso.fr/livre_sous_la_dir/jacques-angelergues/