© Société Psychanalytique de Paris

Une odeur de gingembre

Auteur(s) :
Mots clés :

En 1903, Mary Mackenzie embarque pour la Chine, elle doit y retrouver Richard Collinsgsworth, attaché militaire britannique, qu’elle doit épouser.

A travers son journal intime et les lettres écrites à sa mère et à sa meilleure amie, l’auteur nous entraîne dans le sillage de cette femme courageuse. Nous la voyons débarquer en Chine au lendemain de la révolte des Boxers et mener une vie d’expatriée en butte à toutes sortes de contraintes de sa situation et de l’époque. Elle devra fuir au Japon un mari qui la renie à cause de sa trop grande liberté.

A partir du moment où l’héroïne quitte la maison familiale jusqu’au moment de son retour au pays, soixante ans après, on suit la lutte de cette femme, d’un féminisme modéré avant l’heure, pour survivre, se développer et finalement s’intégrer dans une société hostile grâce à son intelligence et sa pugnacité. Elle aura à en supporter des blessures parfois abominables et tentera de lutter contre et de vaincre les tabous.

Ce roman bouleversant est d’une grande richesse psychologique. Il est original dans sa facture et maîtrisé dans sa forme. On se trouve complètement absorbé à la lecture de ce roman où l’on partage ce parcours douloureux et chaotique mené avec discrétion par l’héroïne qui se bat d’un bout à l’autre de l’histoire pour ne pas se laisser étouffer dans les mailles de ces civilisations profondément marquées par une toute puissance masculine.

Un roman à mettre dans sa valise pour les prochaines vacances !

page 1 | 1

https://www.spp.asso.fr/publication_cdl/une-odeur-de-gingembre/