Société Psychanalytique de Paris

image_pdfimage_print

Penser l’agir – janvier 2018

Penser l'agir

Destins de la libido – Juin 2016

Destins de la libido - PUF

Au-delà de la névrose, Vers une troisième topique

Au-delà de la névrose, vers une troisième topique. Dunod, Psychismes, 224 pages, ISBN : 978 2 100598 68 7.

Ce livre de Bernard Brusset propose au lecteur une compréhension  par la psychanalyse contemporaine des organisations psychiques non-névrotiques et du travail psychanalytique avec ces personnes.

C’est un livre très bien documenté et la diversité notamment des auteurs français et anglais est mise en perspective.

Suivant la démarche freudienne, d’abord il y a la clinique. Le cas choisi, bénéficiant d’une double prise en charge par un psychiatre et par un psychanalyste, montre qu’on peut souffrir d’un « excès de sens ».

Et voilà, l’auteur introduit son propos par une mise en garde contre les dérives psychologiques des conceptions contemporaines souvent prises au piège par une approche réparatrice. L’écoute sémantique, facilitatrice de vécus subjectifs n’est pas suffisante, encore faut-il une « écoute métapsychologique »

Un modèle simplificateur des relations précoces mère-enfant défaillantes n’explique pas à lui seul « les opérateurs psychiques en cause ». Pour cela, l’auteur examine les défenses primaires et leurs différentes modalités. Ainsi tout un chapitre est consacré aux « quatre types de clivage ».

Cette écoute minutieuse permet de décrire différentes organisations non-névrotiques. L’hypochondrie et les somatisations ont chacune leur chapitre.

Bernard Brusset nous rappelle que dans l’œuvre de Freud, c’est la rencontre de celui-ci avec la psychose qui ouvre le passage de la première topique à l’élaboration de la deuxième topique. Celle-ci met au premier plan le conflit entre le moi et la réalité.

Ainsi, la relation d’objet, déjà interrogée par Freud est au centre des théories de nombreux post-freudiens.

L’objet naît par la haine, par la destructivité. Les mécanismes archaïques se mettent en place en réaction à cette insupportable haine de l’objet.

Comme dans la démarche psychanalytique classique, ce sont les mécanismes de défense qui doivent être analysés. Le travail porte sur la reconnaissance de la haine et de la culpabilité. Ainsi un espace de pensée peut se créer en lien avec l’histoire de la sexualité infantile.

Le transfert et le contre-transfert deviennent un vecteur de compréhension. Avant la représentation véritable des conflits, ce sont souvent les associations de l’analyste qui permettent une première  élaboration des conflits et celui-ci peut se découvrir à la place de l’enfant passif.

L’ensemble de ce travail clinique et théorique conduit en toute logique à la question d’une troisième topique. Celle-ci serait l’aboutissement de la métapsychologie du lien lui-même et de l’interpsychique.

La cohérence du travail de Bernard Brusset mérite une attention particulière. Il ouvre des perspectives nouvelles et pourrait enrichir bien des séminaires.

17.03.2015

                                                                         

Les psychothérapies

Professeur émérite de l’université Paris V, psychiatre et psychanalyste titulaire de la SPP, Bernard Brusset réussit un tour de force : présenter dans le format d’un “Que sais-je ?” l’historique et les caractéristiques des psychothérapies, dans la spécificité de chaque méthode, mais sans relativisme. Il montre d’abord l’autonomie progressive de la psychothérapie, liée à la découverte des pouvoirs de la suggestion hypnotique, puis le passage de l’hypnose à la psychanalyse, insistant sur la psychanalyse comme traitement caractérisé par la pratique de l’interprétation des conflits infantiles refoulés actualisés dans la relation de transfert.

Cette définition sert de pierre de touche dans l’évaluation de la distance entre les diverses psychothérapies et la psychanalyse. Place est faite à Ferenczi, Jung, Adler, Graddeck et aux premières formes de psychosomatique. Le chapitre III, central, étudie la façon dont les psychothérapies psychanalytiques ont pris place dans la pratique des psychanalystes, dans un élargissement considérable des indications des traitements psychanalytiques. L’historique, de Knight et Alexander jusqu’à Mélanie Klein, Winnicott et Bion, précède une mise en évidence des bases théoriques communes aux psychothérapies et à la cure classique : maintien du cadre théorique et des règles fondamentales de la psychanalyse, avec pour but non pas directement la disparition des symptômes mais l’appropriation par le sujet de sa vie psychique inconsciente au cours d’un processus et d’un travail spécifiques. La psychothérapie doit se rapprocher le plus possible, d’emblée ou secondairement, des mêmes invariants fondamentaux que la psychanalyse ; la spécificité relative des processus psychothérapiques tient à la moindre fréquence des séances et à la perception visuelle de l’analyste, contenante et étayante, qui met en jeu la communication non verbale, posturale et mimique, ce qui active de façon sélective certains niveaux de régression et de transfert. Sont ensuite présentées et évaluées à l’aune de ce critère les formes particulières de psychothérapie psychanalytique – psychothérapies d’enfants, psychothérapies de soutien (Kernberg), psychothérapies brèves, psychodrame psychanalytique, psychothérapies de groupe, psychothérapies des psychoses et psychothérapies institutionnelles.

Le chapitre IV est consacré au foisonnement des psychothérapies non psychanalytiques, classées selon leur date d’apparition et caractérisées avec précision dans leur historique, leurs objectifs et leurs méthodes ; l’auteur indique à l’occasion leur parenté ou leur éloignement par rapport à la psychanalyse, ou la façon dont les psychanalystes peuvent utiliser certains de leurs apports (par exemple le psychodrame de Moreno, ou certaines conceptions systémiques). L’évolution actuelle des psychothérapies peut être schématiquement résumée par trois types de références : la psychanalyse freudienne pour les nombreuses formes de psychothérapie psychanalytique, le behaviourisme et les cognitivismes pour les thérapies comportementales et cognitives et la tradition humaniste et existentielle, souvent éclectique. L’empirisme est favorisé par la pression sociale croissante pour le maximum d’efficacité thérapeutique sur les symptômes à faire disparaître et l’adaptation sociale à restaurer. Le propre des psychothérapies psychanalytiques est d’analyser autant que possible les conflits intrapsychiques que le transfert actualise, en utilisant pour cela la fonction tierce du cadre ; elles sont donc des mises en œuvre de la méthode psychanalytique et non des extensions secondaires.