Société Psychanalytique de Paris

image_pdfimage_print

Psychanalyse et sciences humaines

C’est incontestablement dans le domaine des sciences humaines, de l’anthropologie à la sociologie, sans oublier la pédagogie, les lettres ou les arts, que la psychanalyse a trouvé l’écho le plus favorable et les échanges les plus fructueux, y compris au sens conflictuel du terme, depuis sa naissance, à la fin du 19e siècle. Sans prétendre à l’exclusivité, ou à une systématisation trop rigoureuse qui n’entre pas dans ses objectifs, cette rubrique propose diverses contributions de psychanalystes dans différents domaines des sciences humaines.

Psychanalyse et sciences du vivant

Il y a quelques décennies, la publication de l’ouvrage de Frank Sulloway Freud, biologiste de l’esprit (1979, Fayard 1981 pour la traduction française) a permis le réexamen systématique des racines biologiques de la pensée de Freud, en 6 relançant le débat sur l’appartenance de la psychanalyse entre sciences du vivant (biologie) et sciences humaines. Par la suite, tout en courant appelé « neuropsychanalyse » est venu enrichir et actualiser la bibliographie sur cette question, sans compter ceux des spécialistes en neurosciences qui continuent de manifester leur intérêt pour la psychanalyse et ses modèles. Cette rubrique se propose de recueillir des textes explorant les rapports entre psychanalyse et sciences du vivant.

Recherche, épistémologie, philosophie

Freud a toujours considéré la psychanalyse comme une « science », aussi bien du point de vue de ses postulats fondamentaux, que du point de vue de la rigueur de sa méthodologie. De même, il a toujours considéré que la psychanalyse ne constitue pas une « weltanschauung », une vision ou conception du monde (Nouvelle suite des leçons d’introduction à la psychanalyse, Leçon 35, 1933). Néanmoins, la contestation de la « scientificité » de la psychanalyse n’a jamais cessé tout au long de son évolution, qu’il s’agisse de sa méthodologie de recherche ou des résultats de sa thérapeutique, la question devenant plus polémique lorsqu’il s’agit d’évaluer les traitements psychanalytiques avec des méthodologies issues du modèle biomédical. Les textes de cette rubrique explorent différents aspects de ces questions, allant des conceptions les plus contemporaines de la physique à l’épistémologie et à la philosophie, et en passant par la clinique.