© Société Psychanalytique de Paris

Marilia Aisenstein – « Désir, Douleur, Pensée »

Auteur(s) : Marilia Aisenstein
Mots clés : masochisme

Psychanalyste et aussi linguiste, sémioticienne, romancière, philosophe, le « multivers » de Julia Kristeva, comme elle-même nomme son champ d’intérêts, se caractérise par l’ouverture aux influences croisées de différents domaines de la pensée et de la créativité. Dans cet entretien, elle montre comment ces différentes approches de l’écriture et du langage l’ont préparée à l’abord de la pensée théorique de la Psychanalyse et nourrissent toujours sa réflexion, ses écrits et sa pratique.

Elle évoque son expérience du déracinement et du statut d’étrangère, à la fois épreuve et chance qui lui ont donné le goût de la recherche, le besoin de connaissance et de partage, que condensent  les valeurs de « singularité, étrangeté, altérité » qui pourraient être sa devise et sa définition de la liberté créatrice.
Au sujet du « Féminin », thème qu’elle développe dans la trilogie « Le Génie Féminin » consacrée à Hannah Arendt, Mélanie Klein et Colette, elle montre comment ces femmes se sont construites à travers leur vie et leur œuvre, concluant comme pour elle même : « On ne nait pas femme, je le deviens ».
Marianne Persine Mai 2021

Texte d’introduction à la/les video(s) Marilia Aisenstein, figure éminente de la SPP dont elle a été la Président à la fin des années 90, est aussi membre de la Société hellénique de Psychanalyse et depuis 2019, de la Société Britannique.
Elle a beaucoup travaillé au sein de l’IPA, utilisant sa connaissance de différentes langues, pour promouvoir la psychanalyse Française à l’international.
Spécialisée dans la prise en charge des affections psychosomatiques, elle a consacré une grande partie de son activité de clinicienne à l’Institut de Psychosomatique où elle a travaillé aux côtés de Michel Fain et Pierre Marty puis avec Claude Smadja et Gérard Szwec. Elle a également travaillé avec des patients psychotiques à l’ASM13 et notamment avec Benno Rosenberg.
Ses recherches sur le thème du Masochisme et du masochisme érogène primaire ont donné lieu à de nombreux articles et publications et notamment à son dernier ouvrage « Désir, douleur, pensée » sujet de l’entretien proposé ici.

Marianne Persine Mai 2022

Video 1 Vimeo URL https://vimeo.com/713292816

Texte Video 1  
10:30 Le Masochisme
10:50 Masochisme érogène primaire
16:41 Intrication des pulsions et temporalité
17:17 Passage du besoin au Désir
18:46 Le Désir est masochique par essence
21:40 Perception inconsciente et contre:transfert
26:40 La Douleur : le masochisme gardien de la vie
28:47 La fatigue, un masochisme au féminin
32:50 Le Désir est à la base de la pensée
34:00 La pensée est un acte de chair
42:55 Libido et Pulsion de mort, au service de la vie
44:15 Intrication des 2 pulsions dans l’acte de penser
46:50 La Négation comme théorie de la pensée
56:05 La sublimation négative
01:04:00 La soumission démentalisante et le clivage du Moi
01:05:00 Le risque de la non-pensée
01:05:40 Penser c’est vivre

Bibliographie de l’invité BIBLIOGRAPHIE DE L’ENTRETIEN

  • L’enigme du masochisme, J. André M. Aisenstein M.Dayan, PUF, 2000
  • Masochisme et maladie, B. Rosenberg M.Aisenstein RFP n°1, 2000
  • Surmoi culturel, une pure culture d’instinct de mort, M. Aisenstein, RFP n°5
  • Michel Fain : Le parcours de Michel Fain, M. Aisenstein, PUF 2000
  • La question de l’identité, Marilia Aisenstein, (je pense donc je suis de Descartes) EPHEP
  • Désir douleur pensée, Marilia Aisenstein, Ithaque, 2020

2 ouvrages en anglais, inédits en France :

  • Psychosomatics Today, Kamac éditeur, 2010
  • An analytic Journey, Kamac éditeur, 2017


Jacqueline Schaeffer – Entretien

Auteur(s) : Jacqueline Schaeffer
Mots clés : féminin – masochisme féminin – sexualité (féminine)

Psychanalyste et aussi linguiste, sémioticienne, romancière, philosophe, le « multivers » de Julia Kristeva, comme elle-même nomme son champ d’intérêts, se caractérise par l’ouverture aux influences croisées de différents domaines de la pensée et de la créativité. Dans cet entretien, elle montre comment ces différentes approches de l’écriture et du langage l’ont préparée à l’abord de la pensée théorique de la Psychanalyse et nourrissent toujours sa réflexion, ses écrits et sa pratique.

Elle évoque son expérience du déracinement et du statut d’étrangère, à la fois épreuve et chance qui lui ont donné le goût de la recherche, le besoin de connaissance et de partage, que condensent  les valeurs de « singularité, étrangeté, altérité » qui pourraient être sa devise et sa définition de la liberté créatrice.
Au sujet du « Féminin », thème qu’elle développe dans la trilogie « Le Génie Féminin » consacrée à Hannah Arendt, Mélanie Klein et Colette, elle montre comment ces femmes se sont construites à travers leur vie et leur œuvre, concluant comme pour elle même : « On ne nait pas femme, je le deviens ».
Marianne Persine Mai 2021

Texte d’introduction à la/les video(s) Jacqueline Schaeffer, membre formateur de la SPP, poursuit depuis les débuts de sa carrière d’analyste, des recherches et des publications sur le thème de la sexualité de la femme et de la différence des sexes, fondement de ses prises de position.
Son ouvrage princeps : « le refus du féminin » et de très nombreux articles, exposent ses conceptions et au delà de la théorie freudienne, la construction du couple masculin-féminin sur la base de l’altérité et de la réciprocité, ce qu’elle qualifie de « co-construction de la relation amoureuse ».
Dans cet entretien (en deux parties) elle expose et précise sa pensée, sur ce sujet essentiel et controversé.

Marianne Persine, décembre 2021

Video 1 Vimeo URL https://vimeo.com/656968064/62dd972336

Texte Video 1 1ère partie : De l’organisation phallique de la sexualité à la co-construction de la relation amoureuse

00:10:01 Théories sexuelles infantiles
00:11:48 La différence des sexes
00:13:14 Le couple masculin féminin : un travail psychique
00:14:14 L’amant de jouissance
00:14:56 Plaisir ou jouissance
00:15:56 Le refus du Féminin
00:18:26 La violence de la pulsion sexuelle
00:22:18 La mère ne transmet pas le Féminin
00:23:52 Au delà du phallique, le féminin
00:25:57 Triple conflit entre érotique, maternel et réalisation sociale
00:25:54 La censure de l’amante
00:29:13 La mère messagère de l’attente
00:30:27 Masochisme érogène et masochisme érotique féminin
00:31:58 L’Œdipe féminin
00:33:00 Les liaisons non dangereuses
00:38:22 L’autre c’est le féminin
00:44:05 Que veut la femme ?
00:49:08 La perte amoureuse

Time code Video 1 2ème partie : Les tabous du féminin. Le sexe féminin, un sexe autre

00:52:03 La sexualité infantile
00:54:38 Les fantasmes originaires
00:58:15 La troisième voie « royale » de l’interprétation
01:00:24 Le phallique nie le féminin
01:01:25 L’angoisse de castration chez la femme
01:03:18 La maternité source d’envie chez l’homme
01:06:41 Le tabou du féminin
01:11:05 Le sexe de la mère, tabou des tabous
01:14:26 Janine Chasseguet :  « la sexualité féminine »
01:18:52 Clés pour le Féminin

Bibliographie de l’invité BIBLIOGRAPHIE DE L’ENTRETIEN
1) Ouvrages

Le refus du féminin collection Quadrige PUF réédition janvier 2022
Qu’est la sexualité devenue ? De Freud à aujourd’hui (en collaboration) In Press 2019

2) Quelques Articles

Le tabou du féminin 2006
D’une possible co-création du masculin et du féminin 2007
Au-delà du phallique : le sexe féminin 2008
Entre féminin et maternel 2010
Le maternel et le féminin 2011
Le tabou de la frigidité. Le silence des alcôves 2012
Au-delà du phallique : le féminin 2016
Le sexe féminin, entre tabou et interdit 2019
Le masochisme érotique féminin 2019

La plupart de ces articles (et d’autres) sont proposés par CAIRN


Julia Kristeva, psychanalyse et « multivers »

Auteur(s) : Julia Kristeva
Mots clés : altérité – étrangeté – féminin – singularité

Psychanalyste et aussi linguiste, sémioticienne, romancière, philosophe, le « multivers » de Julia Kristeva, comme elle-même nomme son champ d’intérêts, se caractérise par l’ouverture aux influences croisées de différents domaines de la pensée et de la créativité. Dans cet entretien, elle montre comment ces différentes approches de l’écriture et du langage l’ont préparée à l’abord de la pensée théorique de la Psychanalyse et nourrissent toujours sa réflexion, ses écrits et sa pratique.

Elle évoque son expérience du déracinement et du statut d’étrangère, à la fois épreuve et chance qui lui ont donné le goût de la recherche, le besoin de connaissance et de partage, que condensent  les valeurs de « singularité, étrangeté, altérité » qui pourraient être sa devise et sa définition de la liberté créatrice.
Au sujet du « Féminin », thème qu’elle développe dans la trilogie « Le Génie Féminin » consacrée à Hannah Arendt, Mélanie Klein et Colette, elle montre comment ces femmes se sont construites à travers leur vie et leur œuvre, concluant comme pour elle même : « On ne nait pas femme, je le deviens ».
Marianne Persine Mai 2021

Texte d’introduction à la/les video(s) Psychanalyste et aussi linguiste, sémioticienne, romancière, philosophe, le « multivers » de Julia Kristeva, comme elle-même nomme son champ d’intérêts et de compétences, se caractérise par l’ouverture aux influences croisées de différents domaines de la pensée et de la créativité. Dans cet entretien, elle montre comment ses différentes approches de l’écriture et du langage l’ont préparée à l’abord de la pensée théorique de la Psychanalyse et nourrissent toujours sa réflexion, ses écrits et sa pratique.

Elle évoque son expérience du déracinement et du statut d’étrangère, à la fois épreuve et chance qui lui ont donné le goût de la recherche, le besoin de connaissance et de partage, que condensent  les valeurs de « singularité, étrangeté, altérité » qui pourraient être sa devise et sa définition de la liberté créatrice.
Au sujet du « Féminin », thème qu’elle développe dans la trilogie « Le Génie Féminin » consacrée à Anna Arendt, Mélanie Klein et Colette, elle montre comment ces femmes se sont construites à travers leur vie et leur œuvre, concluant comme pour elle même : « On ne nait pas femme, je le deviens ».

 Marianne Persine Mai 2021

Video 1 Vimeo URL https://vimeo.com/551402172

Time code Video 1 1ère partie
Un itinéraire singulier
Vivre l’altérité l’étrangeté la singularité
La psychanalyse

Video 2 Vimeo URL https://vimeo.com/551401804

Time Code Video 2 2ème partie
Le Féminin
Le génie féminin
Hannah Arendt – Melanie Klein – Colette

Bibliographie de l’invité BIBLIOGRAPHIE DE L’ENTRETIEN
– Le Génie Féminin :
tome 1 Hannah Arendt — 1999 (Folio « Essais”)
tome 2 Mélanie Klein — 2000 (Folio « Essais»)
tome 3 Colette — 2002 (Folio «Essais»)

Les nouvelles maladies de l’âme — 1997 (Poche)
Soleil noir, dépression et mélancolie — 1987 (Folio « Essais»)
Je me voyage, entretien avec Samuel Dock — 2016 (Fayard)
Cet incroyable besoin de croire — 2018 (Bayard)
 
ARTICLES CONNEXES À PARTIR DE LA PENSÉE DE JULIA KRISTEVA
« Dostoievski prophète de notre modernité – Réflexions à partir du travail de Julia Kristeva » de François Richard
 


Catherine Chabert, le féminin en questions

Auteur(s) : Catherine Chabert
Mots clés : adolescent/adolescence – féminin – masochisme

Texte d’introduction à la/les video(s) Catherine Chabert membre de l’APF est une figure éminente de la pensée psychanalytique d’aujourd’hui. Elle est bien connue pour ses nombreuses publications, ses articles ( en collaboration avec Didier Anzieu et Jacques André, notamment), ses interventions dans des colloques ou Congrès en France et à l’étranger, sans oublier son enseignement à l’université.
Elle s’est particulièrement intéressée à l’adolescence à laquelle elle a été confrontée dans sa pratique d’analyste, ce qui a inspiré son travail de recherche et plusieurs publications.
Actuellement les thèmes principaux qu’elle traite concernent la séparation, le deuil, la perte, la mélancolie et le féminin, sujet principal de l’entretien présenté ici.
Catherine Chabert en effet, a bien voulu accepter de participer à cette série d’entretiens de « Femmes Psychanalystes » qu’elle illustre de toute la richesse de son expérience.

 

Video 1 Vimeo URL https://vimeo.com/452694643

Texte Video 1 1ère partie

Time code Video 1 00:00:40 — Parcours personnel
00:08:22 — Féminin mélancolique
00:06:45 — Fantasmes originaires
00:09:00 — Place centrale du fantasme de séduction
00:13:06 — Proximité du fantasme de scène primitive
00:14:57 — La passivité
00:18:23 — Castration féminine/masculine
00:26:06 — Différence des sexes et bisexualité
00:31:25 — Masochisme au féminin
00:41:20 — Les identifications
00:50:50 — Le surmoi au féminin

Audio Video 1 https://www.spp.asso.fr/wp-content/uploads/2020/08/SPP_Catherine-CHABERT_Marianne-Persine_2020_01.mp3

Video 2 Vimeo URL https://vimeo.com/452709011

Texte Video 2 2ème partie
Catherine Chabert aborde La théorie Psychanalytique, une conception dynamique : « ne pas croire au destin », Évolution de la théorie et de la clinique, Conclusion, Femme, Féminin, Féminité.

Time Code Video 2 00:00:18 — Conception personnelle de la théorie psychanalytique
00:01:54 — Le narcissisme, bastion de la résistance
00:06:40 — Le psychisme en mouvement et ce qui le bloque
00:08:03 — Emmêlement plutôt qu’intrication
00:12:13 — L’analyse : ne pas croire au Destin
00:14:07 — La transmission: parler, écrire…
00:16:43 — Évolution de la théorie et de la clinique
00:18:18 — La psychopathologie
00:21:58 — Continuité de l’épistémologie freudienne
00:22:45 — Problématiques nouvelles
00:31:40 — Psychanalyse classique et psychothérapie
00:37:14 — En conclusion: Femme, Féminin, Féminité

Bibliographie de l’invité Bibliographie évoquée dans l’entretien
Le féminin mélancolique PUF 2003
L’amour de la différence PUF 2011
La Jeune fille et le Psychanalyste Dunod 2011
Maintenant il faut se quitter PUF 2017

 


Entretien VIDEO TEST

Auteur(s) : Florence Guignard – Marianne Persine
Mots clés :

Florence Guignard, psychanalyste spécialiste de l’enfant et de l’adolescent, fondatrice avec Annie Anzieu de la SEPEA (Société européenne pour la psychanalyse de l’enfant et de l’adolescent,) a publié en 2015, un ouvrage particulièrement important : « Quelle Psychanalyse pour le 21ème siècle ? »
Pour cette auteure, la Psychanalyse comme toute science, doit être réinterrogée, critiquée et complétée, non seulement en fonction des avancées de la méthode et des modifications de la technique, mais aussi, à la lumière des changements anthropologiques et sociologiques survenus depuis plus d’un siècle.
Considérant que la théorie psychanalytique ne devrait pas être considérée comme un roc inamovible mais plutôt comme un ensemble de modèles dont il importe de remettre en question et de requalifier sans cesse les configurations conceptuelles, elle se donne pour tâche de revoir et d’analyser plusieurs concepts majeurs de la métapsychologie, et de nous exposer sa démarche et les influences qui l’ont conduites à ses propositions.
Ce tome sera suivi par une étude clinique (à paraître) des configurations des transferts, du trauma et des identifications.

Dans la première partie de cet entretien, Florence Guignard redéfinit certains concepts clés de la métapsychologie freudienne (le clivage, l’Œdipe, le Féminin), précise sa conception de la formation de l’espace psychique chez l’enfant, en intégrant l‘apport de psychanalystes de l’école anglaise : Mélanie Klein, D. Meltzer et surtout W.R.Bion.

Marianne Persine
15 Novembre 2019

1ère Partie : Naissance de la vie psychique et concepts psychanalytiques en mouvement

03:02 — Formation et influences
08:26 — L’Infantile : « Freud, Klein, Bion »
10:10 — Relation d’objet partiel ou total
12:32 — Précocité de l’Œdipe
17:10 — Maternel primaire et la fonction alpha
23:00 — Projection identificatoire
25:00 — « Mémoire implicite » et bain de paroles
34:50 — Féminin primaire
39:10 — Le Féminin paradigme de l’altérité

Regarder la 2ème partie de l’entretien ici


Florence Guignard – Entretien

Auteur(s) : Florence Guignard – Marianne Persine
Mots clés : Bion (Wilfred) – Melanie Klein – Meltzer (Donald) – SEPEA

Florence Guignard, psychanalyste spécialiste de l’enfant et de l’adolescent, fondatrice avec Annie Anzieu de la SEPEA (Société européenne pour la psychanalyse de l’enfant et de l’adolescent,) a publié en 2015, un ouvrage particulièrement important : « Quelle Psychanalyse pour le 21ème siècle ? »
Pour cette auteure, la Psychanalyse comme toute science, doit être réinterrogée, critiquée et complétée, non seulement en fonction des avancées de la méthode et des modifications de la technique, mais aussi, à la lumière des changements anthropologiques et sociologiques survenus depuis plus d’un siècle.
Considérant que la théorie psychanalytique ne devrait pas être considérée comme un roc inamovible mais plutôt comme un ensemble de modèles dont il importe de remettre en question et de requalifier sans cesse les configurations conceptuelles, elle se donne pour tâche de revoir et d’analyser plusieurs concepts majeurs de la métapsychologie, et de nous exposer sa démarche et les influences qui l’ont conduites à ses propositions.
Ce tome sera suivi par une étude clinique (à paraître) des configurations des transferts, du trauma et des identifications.

Dans la première partie de cet entretien, Florence Guignard redéfinit certains concepts clés de la métapsychologie freudienne (le clivage, l’Œdipe, le Féminin), précise sa conception de la formation de l’espace psychique chez l’enfant, en intégrant l‘apport de psychanalystes de l’école anglaise : Mélanie Klein, D. Meltzer et surtout W.R.Bion.

Marianne Persine
15 Novembre 2019

1ère Partie : Naissance de la vie psychique et concepts psychanalytiques en mouvement

03:02   Formation et influences

08:26   l’Infantile : « Freud, Klein, Bion »

10:10   Relation d’objet partiel ou total

12:32   Précocité de l’Œdipe

17:10    Maternel primaire et la fonction alpha

23:00  Projection identificatoire

25:00   « Mémoire implicite » et bain de paroles

34:50   Féminin primaire

39:10   Le  Féminin paradigme  de l’altérité


Entretien avec Paul Denis qui préface “Paulette Letarte – Entendre la Folie”

Auteur(s) : Paul Denis
Mots clés :

Première d’une série qui, nous l’espérons, se poursuivra, nous présentons aujourd’hui le recueil de textes de Paulette Letarte intitulé: “Entendre la Folie”, textes cliniques précieux dispersés dans différentes revues et dont Paul Denis a assuré la publication dans la revue « Le fil rouge » en mai dernier.

Texte d’introduction à la/les video(s) Première d’une série qui, nous l’espérons, se poursuivra, nous présentons aujourd’hui le recueil de textes de Paulette Letarte intitulé: “Entendre la Folie”, textes cliniques précieux dispersés dans différentes revues et dont Paul Denis a assuré la publication dans la revue « Le fil rouge » en mai dernier.

Video 1 Vimeo URL https://vimeo.com/297171668/a82e88afcf


Alain de Mijolla – Psychanalyse et Histoire

Auteur(s) : Alain de Mijolla
Mots clés : AIHP – alcoolisme – Freud (Sigmund) – moi – Shentoub (Salem)

Cette interview de 2009 retrace le parcours original d’Alain de Mijolla, psychanalyste entreprenant qui a marqué la Psychanalyse française contemporaine par son intérêt pour l’histoire de cette discipline.
En 1975, jeune titulaire de la SPP, Alain de Mijolla prend d’emblée de nombreuses responsabilités : direction du séminaire de perfectionnement avec Salem Shentoub, prix Bouvet, organisation des « Rencontres d’Aix en Provence » qui, pendant une dizaine d’années, vont avoir un grand retentissement dans le monde analytique.
Dans le même temps il publie « Les visiteurs du Moi » un de ses ouvrages majeurs, ainsi que « Pour une Psychanalyse de l’alcoolisme » en collaboration avec S.Shentoub.
En 1985, il crée l’AIHP (Association Internationale d’Histoire de la Psychanalyse). Il n’était pas parvenu, en effet, à organiser au sein de la SPP un département d’Histoire qui aurait à la fois produit des recherches et nourri de ses travaux une Institution qui, paradoxalement s’est montrée peu sensible à l’intérêt de l’Histoire pour la connaissance de sa discipline et ses évolutions.
Cet interview pose le problème paradoxal du manque d’intérêt de la communauté analytique pour son histoire et devrait ouvrir le débat sur le préjudice qui en résulte et sur les moyens d’y remédier.
Alain de Mijolla, fidèle à son désir d’être un « passeur », un « raconteur d’histoires » est également l’auteur du « Dictionnaire international de la Psychanalyse » conçu selon le même principe consistant à réunir les différents courants de la Psychanalyse dans le monde, présenté par des auteurs représentatifs de ces courants.
Il poursuit de façon isolée ses recherches et ses publications, espérant réveiller l’intérêt de ses collègues pour leur propre histoire. En Janvier 2010 vient de paraître aux PUF, un premier volume, nourri de correspondances, intitulé « Freud et la France ».

Marianne Persine


Jean Favreau – Entretien

Auteur(s) : Jean Favreau
Mots clés : biographie analytique – formation – guérison – Lacan (Jacques) – Lagache (Daniel) – Nacht (Sacha) – pratique – scission 1953 – SPP (Histoire)

Jean Favreau est une figure de la SPP qui a marqué par sa simplicité et  son  influence, la vie et l’enseignement de l’Institution, des années 1950 jusqu’à sa  mort en 1993.
Cet entretien avec Jean Favreau a inauguré la série d’entretiens filmés avec d’éminents analystes de la SPP que j’ai eu le privilège de réaliser .
Pour la petite histoire, en 1990 je faisais partie depuis quelques mois, d’un petit groupe de collègues « en contrôle », qui se retrouvaient avec plaisir chaque semaine chez lui.
Jean Favreau transformait ces soirées en séminaires, comme cela se faisait de son temps disait il. C’était un conteur né qui prenait un plaisir évident à cette transmission orale, que nous recevions avec la plus grande satisfaction. Ces soirées qui se terminaient fort tard étaient si animées, si passionnantes que nous voulions garder une trace de cet enseignement qu’il nous prodiguait si généreusement, et nous le pressions d’écrire !
Il s’y refusait systématiquement, arguant non sans provocation, que « tout ce qui est écrit est perdu pour l’inconscient ! »
Un jour que nous revenions à la charge sans plus de succès, j’ai fini par lui dire : « bon, si vous ne voulez pas écrire, je vais faire votre vidéo-livre ! ».

Dans les quelques mots d’introduction générale à ce premier entretien, il est bien précisé qu’il s’agit de retrouver, grâce aux témoignages de ceux qui ont vécu cette époque, l’évolution de la Psychanalyse depuis les années d’après guerre, telle qu’elle s’est développée à la SPP.
Et c’est bien ce que nous permet de préciser et de mieux comprendre cet entretien avec Jean Favreau qui décrit à travers  son parcours personnel :

  • les conditions de la pratique de la Psychanalyse, pendant et après la guerre,
  • la création du premier lieu institutionnel de la SPP, 187 rue Saint Jacques,
  • la création de l’Institut, et les rivalités entre Nacht, Lacan et Lagache qui en briguaient la direction,
  • la création du centre de consultation dont il prendra par la suite, la direction,
  • l’instauration de nouvelles règles de fonctionnement et du cursus de formation
  • la profonde crise de la « scission » en 1952/53, qui a été le résultat de tous les antagonismes en présence dans une période de nécessaire évolution,
  • les grands débats qui ont animé la vie de la SPP dans cette période de réformes  (analyse didactique ou pas, analystes médecins ou non      médecins, le problème de la guérison,  ).

Sur tous ces sujets, Jean Favreau rappelle les différents points de vue  en présence, sans oublier sa position personnelle ce qui restitue de façon très vivante, grâce aux anecdotes dont il émaille son récit, l’ambiance parfois tendue et agitée de ces moments  de confrontation, allant jusqu’à la crise ouverte de 1952/53.

La fin de l’entretien concerne le regard de Jean Favreau sur l’évolution  et l’avenir de la Psychanalyse.
«  Vous êtes le sel de la terre. Si le sel s’affadit qui donc lui rendra sa saveur » ? disait-il souvent, paraphrasant une citation du Christ (selon Saint Matthieu).
Cette vision pessimiste de l’évolution  à laquelle il assiste, Jean Favreau l’explique en mettant en cause «  la désexualisation », « l’intellectualisation », et l’accroissement de la « réglementation » qui restreignent la liberté de l’exercice de l’Analyse, et la perte de ce qu’il appelle « la pureté de l’Analyse ».
Ainsi l’incertitude et la nostalgie terminent cet entretien si libre et animé qui témoigne d’un passé révolu.

Marianne Persine

page 1 | 1

https://www.spp.asso.fr/interviewer/marianne-persine/