© Société Psychanalytique de Paris

Mémoires : se souvenir, oublier

Auteur(s) :
Mots clés :

Accueil » Débats en psychanalyse et éditions SPP » Débats en psychanalyse
Les volumes des Débats en psychnalyse sont disponibles sur le site des PUF : www.puf.com/Collections/Débats_en_psychanalyse

Mémoires : se souvenir, oublier





Sous la direction de
Jacques Angelergues – Hélène Parat – Françoise Cointot
Auteurs
Judith Rochefeld, Santiago Amigorena, Annie Anargyros-Klinger, Florence Askhenazy, Clarisse Baruch, Céline Becquet, Francis Eustache, Jean-Noël Jeanneney, Peggy Quinette, Alain Gibeault, Catherine Ducarre, Claude Smadja, Dominique Bourdin, Françoise Coblence, Jacques André, Jacques Angelergues, Jean-Louis Baldacci, Kalyane Fejtö, Laurent Danon-Boileau, Paul Denis
<i class="fas fa-shopping-cart"></i> Acheter la publication sur le site des PUF

Date de parution : 18/08/2021

Résumé

La psyché apparait comme un « appareil à mémoires » : ses processus sont l’objet d’un travail dont rend compte la psychanalyse. Des mémoires qui apparaissent autant du côté du souvenir, qu’il soit réminiscence, remémoration, répétition ou conviction, que du côté de l’oubli, qu’il soit refoulement, déni/clivage, déformation ou transformation. Ces mémoires se désorganisent, s’organisent, se transforment, interrogeant aussi au delà de la méthode psychanalytique, les neurosciences, la biologie, mais aussi la culture et l’histoire collective dans ses dimensions sociologique et anthropologique.
Ce volume est issu des contributions au colloque de la Société psychanalytique de Paris « Mémoires : se souvenir, oublier ».

Sommaire

Clarisse Baruch Introduction
Transformations de la mémoire
C. Ducarre Un souvenir, ça n’existe pas. Effondrement et après-coups
C. Smadja La mémoire dans la psychanalyse
C. Becquet, P. Quinette et F. Eustache La mémoire et les souvenirs en neuro-psychologie
Oubli et refoulement
D. Bourdin Éloge de l’oubli
Jacques Angelergues L’amnésie infantile et avant…
J. Rochfeld « Droit à l’oubli numérique » et construction de soi : peut-on se faire oublier sur les réseaux numériques ?
K. Fejtö L’oubli comme agir dans la dynamique transféro-contre-transférentielle
Traces, clivages, traumas
F. Askenazy Nice 14-7-16 témoignage clinique et psychanalytique
F. Coblence Le trauma transmis : un corps étranger ?
A. Gibeault Traumas, traces et clivages.Traumatisme et psychose
P. Denis L’invention du souvenir
Mémoire, oubli et histoire
L. Danon-Boileau et J.-L. Baldacci Mémoire, oubli et histoire
J.-N. Jeanneney L’histoire entre la mémoire et l’oubli
S. Amigorena Le devoir d’oubli
A. Anargyros-Klinger Écriture de l’oubli – les transformations de la mémoire
J. André Une vie sans histoire

Caractéristiques

Nombre de pages: 216Code ISBN: 978-2-13-082729-0prix : 20 € 

Lien PUF https://www.puf.com/content/Mémoires_%3A_se_souvenir_oublier


La latence, période et processus

Auteur(s) :
Mots clés :

Accueil » Débats en psychanalyse et éditions SPP » Débats en psychanalyse
Les volumes des Débats en psychnalyse sont disponibles sur le site des PUF : www.puf.com/Collections/Débats_en_psychanalyse

La latence, période et processus



Debats-en-psychanalyse_2021_LA-LATENCE-PERIODE-ET-PROCESSUS

Sous la direction de
Jacques Angelergues – Claire Maurice – Anne Tirilly
Auteurs
René Diatkine, Florent Houssier, Simruy Ikiz, Anne Tirilly, Claire Maurice, Dominique Suchet, Emmanuelle Chervet, Eva Weil, Florence Quartier, Jacques Angelergues, Kalyane Fejtö, Laurent Danon-Boileau, Nathalie Zilkha, Rémy Puyuelo
Acheter la publication sur le site des PUF

Date de parution : 19/05/2021

https://vimeo.com/561260132/9e86e0ff1f
Résumé

La latence est décrite par Freud en 1905 comme une période de développement au sortir des turbulences des conflits œdipiens durant laquelle de nombreuses opérations psychiques soutiennent l’organisation du Moi de l’enfant. Cette notion reste d’une grande actualité en clinique infantile, interrogeant les différentes formes d’excitations, difficultés d’apprentissage, troubles du comportement, etc. des enfants d’âge scolaire. Elle soutient un entre-deux qui favorise des mouvements d’attente, de suspension, de remaniements et de réorganisation avant l’adolescence. Elle est au cœur de la définition de l’instauration en deux phases de la sexualité humaine et donc de l’après-coup en psychanalyse, cette causalité si singulière en deux temps qui ouvre l’accès à la sexualité génitale et éclaire dans le processus adolescent le passage vers l’âge adulte. Cette seconde latence se révèle parfois critique comme en témoigne la difficulté de certains jeunes adultes à s’autonomiser. Enfin, elle concerne le fonctionnement mental dans son ensemble, alliage de mouvements psychiques favorisant un processus de subjectivation et au-delà, toute trajectoire symbolisante. La latence garantit, dès lors, un équilibre topique, dynamique et économique au sein même de l’organisation du fonctionnement mental.

Sommaire

Claire Maurice Introduction
René Diatkine Phase de latence : l’entre-deux crise
Florence Quartier Processus de latence, quoi et comment ? Point de vue d’une psychanalyste d’adulte
Claire Maurice La latence et ses « après-coups »
Rémy Puyuelo Le co-mouvement de latence au risque des marées et des rages narcissiques
Jacques Angelergues La dialectique latence/ adolescence. En relisant : Entrer dans l’adolescence, le temps de la latence, de François Kamel
Florian Houssier, Simruy Ikiz La fin de l’adolescence, l’ouverture élaborative d’une seconde latence ?
Kalyane Fejtö La post-adolescence : une nouvelle latence ?
Nathalie Zilkha Quand l’adolescence se rafraîchit aux sources de la latence
Laurent Danon-Boileau Latence et capacité négative. La poétique du suspens, de Christian David à John Keats
Emmanuelle Chervet Latence et pensée interprétante
Dominique Suchet L’attente au cœur de la séance
Éva Weil Latence dans le collectif
Jacques Angelergues, Claire Maurice, Anne Tirilly Bibliographie générale

Caractéristiques


Nombre de pages : 216
Code ISBN : 978-2-13-079546-9
Prix : 24€

Lien PUF https://www.puf.com/content/La_latence_période_et_processus


C. Costantino, K. Fejtö, R. Havas (dir), Le symptôme

Auteur(s) : Renate Eiber
Mots clés :

Cet ouvrage collectif rappelle la conception freudienne du symptôme qui traverse son œuvre comme un fil rouge. Pour Freud, le symptôme névrotique, compromis psychique lié à la conflictualité psychique, est adressé à l’entourage pour y exercer une action. Il vise aussi l’analyste dans le transfert dont l’interprétation, si elle est acceptée par le patient, permet dans les meilleurs cas, de renoncer au symptôme.

La technique psychanalytique consiste, entre autres, à faire émerger le symptôme dans la relation transféro-contretransférentielle et de le perlaborer. Il existe une étroite relation entre rêve et symptôme. Ici le symptôme a un sens dans la vie de l’individu, qui peut être élucidé. Le symptôme tente de lier et représente un destin de la libido.

Dans la pathologie de l’actuel, ce sens fait défaut, le symptôme assure la survie psychique. Particulièrement intéressante est la notion de normopathie qui consiste à un reniement de la créativité du sujet qui doit être ‘normal’ et conforme, ce qui aboutit à une coupure de la subjectivité. Le normopathe est anormalement normal, pour ainsi dire, et objet de lui-même. Dans ce cas, on peut dire qu’il y a un symptôme en négatif.

L’approche anglo-saxonne du symptôme de Klein et ses successeurs montre un glissement du symptôme vers une approche globale du sujet. Chez Lacan, le symptôme évolue tout au long de son œuvre et est considéré comme une structure.

En psychopathologie, la tendance actuelle envisage le symptôme sous l’angle du modèle bio-médical aboutissant à un opérationnalisme de critères diagnostiques. Cette dérive assèche la clinique psychiatrique sous prétexte d’évaluer les thérapies ne laissant plus de place à l’individualité.

Au total : En psychanalyse, le symptôme est appréhendé à partir de l’écoute du sujet parlant. Il doit être respecté et toléré avant toute interprétation qui se veut efficace. La disparition du symptôme sous-tend un réaménagement psychique.

 

Rénate Eiber


Le symptôme

Auteur(s) :
Mots clés :

Accueil » Débats en psychanalyse
Les volumes des Débats en psychnalyse sont disponibles sur le site des PUF : www.puf.com/Collections/Débats_en_psychanalyse

Le symptôme



Le symptôme - Débats en psychanalyse 2018

Sous la direction de
Charlotte Costantino, Kalyane Fejtö, Roland Havas
Auteurs
Paul Denis, Vassilis Kapsambelis, Christopher Bollas, Roland Havas, Charlotte Costantino, Kalyane Fejtö, Denise Braunschweig et Michel Fain, Catherine Ducarre, Michel Grinberg, Pedro Valente, Marie-Laure Léandri, Claudie Dufétel, Paul Bercherie, Nathalie de Timmerman, Lucien Hounkpatin, Henny Czitröm
Accéder à la page de la publication sur le site des PUF
Résumé

La psychanalyse a révolutionné la manière de concevoir le symptôme. Tandis que du point de vue médical le symptôme n’est qu’un écart pathologique vis-à-vis de la norme, Freud a su reconnaître en lui un compromis résultant d’une conflictualité psychique. En découvrant qu’une satisfaction sexuelle se joue toujours à l’ombre du désagrément subjectif, Freud a pu sortir de l’opposition entre le normal et le pathologique et tirer le fil de l’analogie processuelle entre le symptôme, le rêve et les actes manqués. Le symptôme est un point de départ fécond de la cure, il s’inscrit d’emblée dans la dynamique transféro-contre-transférentielle. La psychanalyse a donc pour effet de « valoriser » le symptôme, d’en faire une création du sujet inconscient dont la signification est à la fois individuelle et intersubjective. La tendance actuelle serait de mesurer l’efficacité thérapeutique à la capacité de faire disparaître les symptômes perturbateurs en éludant leur signification subjective. Il importe d’autant plus de faire valoir la portée de l’écoute psychanalytique des symptômes dans ses différentes dimensions, non pas pour se satisfaire de leur persistance, mais pour articuler leur existence à des réalités psychiques singulières et travailler à la possibilité d’autres modalités créatives, moins coûteuses psychiquement.

Sommaire

Charlotte Costantino, Kalyane Fejtö, Roland Havas : « Au commencement était le symptôme »
Denise Braunschweig et Michel Fain : « Symptôme névrotique, symptôme de transfert »
Catherine Ducarre : « Le symptôme comme compromis entre pulsion et lien d’attachement »
Michel Grinberg : « Un homme qui dort : oscillations entre vie opératoire et mélancolie ? »
Christopher Bollas : « Normopathie » (traduction Roland Havas)
Paul Denis : « Du symptôme comme formation dissipative »
Pedro Valente et Vassilis Kapsambelis : « La médecine mentale entre signe et symptôme »
Marie-Laure Léandri « Ambigüités et paradoxes du symptôme en analyse d’enfant »,
Claudie Dufétel : « Approche anglo-saxonne du symptôme »
Paul Bercherie : « Le symptôme chez Lacan »
Nathalie de Timmerman, Lucien Hounkpatin, Henny Czitröm : « Symptômes et “travail de migration” : la clinique de la multiplicité »
Charlotte Costantino, Kalyane Fejto, Roland Havas : Bibliographie générale

Caractéristiques

Lien BSF
Prix : 24€
Importance : 254 pages
ISBN : 978-2-13-078910-9

page 1 | 1

https://www.spp.asso.fr/livre_auteur/kalyane-fejto/