Société Psychanalytique de Paris

AUTRES ENTRETIENS

Cet entretien est le dernier d’une série de trois, réalisée chez Michel de M’Uzan, au cours de l’année 2000.
À l’époque, Michel de M’Uzan avait déclaré qu’il avait pris conscience récemment de la cohérence interne de ses conceptions psychanalytiques et du fait qu’elles constituent, disait-il, « un système de pensée ». En quoi les différents concepts ou notions qu’il a élaborés au fur et à mesure de ses recherches, tels que l’opposition entre :

    • le même et l’identique (à propos de la compulsion de répétition),
    • le spectre d’identité et l’identitaire,
    • la chimère, et les pensées paradoxales,
    • le rôle prévalent de l’économique et des deux sources d’énergie (libidinale et actuelle) etc, constituent de fait, un ensemble cohérent entre ses « fondamentaux », dirait-on aujourd’hui et leurs articulations ?

Michel de M’Uzan le découvre après-coup avec étonnement et la conviction qu’il ne pouvait en être autrement. C’est le sujet central de cet entretien qui met en évidence la rigueur avec laquelle les notions proposées s’articulent les unes aux autres et construisent un ensemble qui ouvre sur une représentation renouvelée de la vie psychique. Les chapitres consacrés à « la rencontre analytique », à la résistance de l’analyste dans la séance, à la notion de guérison, à l’interprétation etc…illustrent la fécondité de ces conceptions dans le déroulement de la séance et la conduite de la cure. Un grand chapitre consacré au thème de la créativité restitue un débat qui sort un peu du cadre de l’interview pour glisser à la discussion contradictoire. L’intérêt de cette question complexe abordée ici a justifié que ce débat animé soit présenté dans sa spontanéité.
Marianne Persine